voile à corne trapézoïdale

bugalet, le? piquer l’heure : sonner l’heure à la cloche ; conseiller du commandant d'un navire qui entre ou sort d'un port ou encore qui navigue dans une voie maritime difficile ; Pilotin : élève officier de la marine marchande. Affût : châssis formé d'une structure en bois équipée de roues, supportant le fût d'un canon. L'action opposée. intervalle, étage qui sépare deux ponts dans un navire ; Enverguer : attacher les voiles aux vergues. tirer ou serrer fortement une amarre, un nœud, les tours de cordage qui lient ensemble plusieurs objets ; souquer sur les avirons : faire force de rames. Pouillouse : vieux terme de marine désignant la. superstructure d'un bateau ne s'étendant pas sur toute sa largeur ; par extension, ce terme désigne une superstructure de faible hauteur sur un voilier. Sois le premier informé des nouveautés en t’inscrivant à la newsletter. au choix on utilise une aile elliptique (compliqué) la voile à fort rond de chute doit s'en approcher ou une aile trapézoïdale ou bi-trapézoïdale (beaucoup plus simple) dont la voile à corne se rapproche, on peut optimiser la chose en utilisant le vrillage pour se rapprocher encore d'une répartition elliptique de … Rôle d’équipage : document administratif qui liste les noms de tous les membres de l’équipage, et constate la conformité des équipements aux règlements. Voûte : prolongement de la coque à l’arrière du bateau. Butée : accessoire sur un arbre d'hélice solidement fixé à la coque et qui transmet au bateau la poussée de l'hélice. Cuisinier sur un bateau moderne ou traditionnel ; Coque-nue : affrètement d'un navire sans équipage. tous les équipements d'un navire utiles à sa navigation: Araignée : cordage tissé en patte d'oie permettant de maintenir solidement un équipement, comme un, Arborer : hisser pour le montrer, par exemple un. Déborder : écarter le bateau d'un quai ou d'un autre bateau. Amzer’zo a été gréé en cotre à corne: un mât, une grand voile trapézoïdale (sur l’arrière du mât), un flèche triangulaire (haut dessus de la grand voile), une trinquette triangulaire (sur l’avant du mât) et un foc triangulaire (sur l’avant à l’extérieur du bateau). Entremise : élément de raccordement entre deux pièces de charpente. pont surélevé d'un navire à l'avant ou l'arrière. Brigantin : deux-mâts proche du brick qui porte une brigantine sur son mât principal sans grand-voile carrée. Voile trapézoïdale entièrement placée en arrière du mât, dont le bord supérieur est soutenu par une vergue oblique, appelée corne. barge, généralement ancrée dans un port mais qui peut être automotrice ; Porte-haubans : partie du navire où sont fixés les. Voile latine trapézoïdale supportée par une corne et munie d'une bôme le long de son bord inférieur, portée sur l'artimon d'un trois-mâts carré, etc. Chômage du navire : durée d'immobilisation pour une réparation. vaste bassin entouré de quais, dans lequel entrent les vaisseaux pour déposer leurs cargaisons ou opérer leur chargement ; par extension, magasins qui bordent le dock et qui servent d'entrepôts aux marchandises débarquées. action de gouverner, de conduire un bateau, de régler ses mouvements, de le faire évoluer soit pour la route, soit pour le combat ; Margouillet : anneau en bois à gorge, entouré d'un cordage (la queue), servant de conduit à un cordage. en The first detailed definition of a schooner, describing the vessel as two-masted vessel with fore and aft gaff-rigged sailsappeared in 1769 in William Falconer's Universal Dictionary of the Marine. raidisseur longitudinal du pont d'un navire, entre les hiloires. Officier marinier : sous-officier dans la marine de guerre, au-dessus du marin, en dessous de l'officier dans la marine marchande. Œil : boucle à l’extrémité d’un cordage, en l’. La voile est peu élancée, d’un faible allongement, dynamique en forme d’un trapèze écrasé. Sentine : endroit, à fond de cale, où se rassemblent les eaux usées. C’est aussi la grand-voile d’un brigantin. Demi-coque : modèle réduit en bois de la moitié d’une coque de navire ; appréciées par les collectionneurs. Barre de plongée : barre permettant la conduite d'un sous-marin dans un plan vertical. Faux pont : pont situé au-dessous du pont principal. Maille d'étalingure : maille d'accrochage de la chaîne au fond du puits. Embosser : amarrer un bateau de l'avant et de l'arrière, pour le fixer contre le vent ou le courant. Navalais : élève de l'ex-école de santé navale de Bordeaux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. somme convenue pour transporter une marchandise ; extrémité d'un mât ou d'une vergue qui se termine en s'amincissant ; matelot spécifiquement affecté à travailler dans la mâture aux manœuvres et à l'entretien du gréement ; aujourd'hui dans la marine de guerre, matelot de la spécialité de manœuvrier de faction à la. fr Écoutesde voileà corne/de hunier. espace entre les nœuds d'un filet de pêche. Dériver : s'éloigner de sa direction, en parlant d'un bateau, sous la poussée du vent ou sous l'action d'un courant. Aiguilleter : assembler deux cordages à l'aide d'un petit, Allonges d'écubier : allonges placées de part et d'autre des, Allonges de poupe ou de tableau : pièces de bois verticales formant la charpente du, Amarinage : période d'adaptation du corps humain avant que ne disparaisse le. (marine marchande) personne qui tient la barre ; (marine militaire) personne chargée des communications et des informations maritimes (pavillons, cartes...). Natte : élément de protection qu'on place dans la mâture et dans le gréement pour le garantir du frottement. Ris : dispositif de petits cordages, disposés en bande sur une voile, permettant de réduire la surface des voiles par intervalles, quand le vent forcit ou dans le mauvais temps ; Rocambeau : anneau métallique entourant un mât et possédant un croc, pour faire coulisser une voile ou une vergue. Royale : surnom de la marine nationale française. Brise-lames: structure destinée à protéger une … s'amariner : se faire aux mouvements du navire en mer sans que les nausées ou le mal de mer n'apparaissent ; former des personnes aux métiers de la mer ; prendre possession d'un navire en y déplaçant une partie de son équipage. à colmater les interstices entre les planches pour rendre étanche la coque d'un bateau en bois ; grosse lanterne présente à l'arrière de vieux gréements ; feux qu'on allume durant la nuit sur des tours, à l'entrée des ports et le long des plages, pour indiquer aux bâtiments la route qu'ils doivent tenir ; Fargue : planche posée de champs pour empêcher l'eau de pénétrer par une ouverture ou par-dessus le. Serre gouttière : membrure longitudinale à la jointure du pont et du bordé, au-dessus du pont. lâcher, larguer un câble, une chaîne, une sonde…. Baril ou Baril de galère : petit fût aplati pour l'eau douce. Capot : capuchon de toile ou panneau léger qui protège certains objets de l'air, des chocs, ou de la pluie et des embruns. L'expression n'est pas spécifique au domaine maritime, elle est attribuée aux artilleurs à qui l'on demandait de régler les niveaux à bulle des pièces d'artillerie, une fois la bulle "coincée" entre les deux repères il n'y avait plus qu'à attendre. après lavage à grande eau, frotter avec une brique à pont (pierre en grès fin) pour blanchir le pont et le bordage ; par extension, parcourir dans tous les sens (briquer la mer). Déballastage : vidange des compartiments (. Lorsqu'un navire présente plusieurs focs : Sur les voiliers bermudiens modernes : le foc désigne aussi une voile de surface intermédiaire entre le, Voile de Fortune (ou Tréou) : voile carrée utilisée uniquement par mauvais temps, qui équipait les. Panne (en panne) : disposition des voiles pour que le navire reste sur place. Banc de quart : banc où se tient l'homme de quart. petit bassin fermé par un filet retenant le poisson quand la mer se retire ; support vertical planté en alignement et aménagé pour la culture des. Hublot : petite ouverture vitrée ou non, percée dans la muraille d'un bateau, pour donner du jour et de l'air. Carguer : plier, retrousser les voiles contre leurs. Tape : bouchon permettant d'obturer un orifice (hublot, citerne, ballsat...). Étalinguer : fixer l'ancre sur sa chaîne. Gouverner : manœuvrer la barre d'un bateau pour qu'il suive son. brigantine, la: Voile trapézoïdale de l'arrière, enverguée sur la corne d'artimon. La manœuvre est donc un peu différente de celle rencontrée sur les voiliers à voile marconi. fixation de l'extrémité d'un câble, d'une chaîne sur l'organeau d'une ancre ; fixation de l'autre extrémité dans la cale ou le puits à chaînes. Voile trapézoïdale entièrement placée en arrière du mât, maintenue en diagonale par une longue vergue, appelée livarde, articulée sur le bas du mât. Zinc : lingot de zinc fixé sur une coque métallique pour concentrer les ions et la protéger ainsi de la corrosion. … Neuvage : état d’un navire à la fin de sa construction, à son entrée en service. brigantin , le: Ancien navire à deux mâts, analogue au brick, gréant des huniers carrés. Nerf de chute : petit cordage ou garcette qui règle la tension de la chute d'une voile. Décapeler : ôter de la tête d'un mât ou du bout d'une vergue tous les cordages qu'on y avait capelés. Accoster : positionner un navire le long d'un quai ou d'un autre navire à couple. Description [modifier | modifier le code]. Chaise d'arbre : appendice dessous la coque d'un navire supportant un palier pour l'arbre d'hélice. Ne pas confondre avec, Astragale : cercle de métal ceinturant divers points sur un ancien canon, utilisé pour le renfort et l'ornement, Avitailler : approvisionner en vivres et en. Étambrai : trou par lequel le mât pénètre dans le pont. Garde : amarre d'un bateau, à l'avant pour l'empêcher d'avancer, à l'arrière pour l'empêcher de reculer. Voiles : assemblage de pièces de tissu résistant, montés sur un mât, formant une surface capable de faire avancer un bateau sous l’action du vent. Frapper : attacher, amarrer temporairement un cordage. La mosaïque de Kelenderis (Turquie), datée du v e s. ap. La voile aurique est une voile quadrangulaire trapézoïdale non symétrique. Traversin : pièce de bois posée en travers d’une charpente de bâtiment. dispositif flottant, généralement en forme d'anneau ou de fer à cheval, pour le sauvetage de naufragés ; flotteur de repérage de plongeurs, d'un objet ou d'un danger immergé. Arraisonner : intercepter, questionner un navire. Jambe-de-chien : nœud permettant de raccourcir un cordage sous tension, sans le couper. Bauquière : ceinture intérieure reliant les membrures, au niveau du pont (voir, Bigue : mât articulé servant à élever des charges sur le pont d'un navire ou sur un quai, manœuvré par l'intermédiaire d'un. treillis de bois ou de métal recouvrant l'ouverture d'une écoutille ; treillis amovible en bois servant de plancher. Pour les termes spécifiques à la voile, voir le lexique de la navigation à voile et pour les expressions, voir les expressions de marins. Banc d'étambrai : banc supplémentaire qui sert à maintenir le. Verloquet : cordage permettant de guider une charge suspendue pendant son déplacement. Rouer : plier un câble, une manœuvre en rond, en cerceaux. Clan : Trou dans un mât ou une vergue ou est enchâssé un. ou pigoulier : pêcheur spécialisé dans la récolte des. brigantine-bright_stock-brigue-briguer-brik-brillamment-brigand-brigandage-brigander-brigandine-brigantin- À DÉCOUVRIR DANS L'ENCYCLOPÉDIE. caisson cloisonné où l'on place les hamacs de l'équipage. Jas d'ancre : pièces de bois à l'extrémité de la verge d'une ancre, pour faire en sorte qu'une patte accroche le fond. atelier et les magasins établis pour confectionner, réparer, conserver les mâts et les bois de mâture. Raguer (ragage ou ragure) : user (usure) par frottement. plateforme en bois, à l’avant d’un navire ; Pouliage : ensemble de toutes les poulies du. Pour une voile trapézoïdale, triangulaire ou latine : point d'amarrage à l'angle inférieur avant. Marocain (ou maroquin) : cordage tendu entre le haut du, surnom donné aux militaires des Troupes de Marine (à ne pas confondre avec les, Martingale : cordage maintenant par-dessous le bout-dehors de, Massif : structure supérieure d'un sous-marin (, Massif d'étambot : pièce de renfort à la liaison de la. câbles qui transmettent les mouvements de la, cordage fixé sur l'affût d'un canon et dont les extrémités étaient attachées au, drosse de racage : un cordage utilisé pour immobiliser une. Hanche : partie de l’arrière d'un bâtiment qui est entre la poupe et les, Herpe : pièce de bois recourbée soutenant la. demi-futaille à un seul fond, en forme de baquet, qui sert à divers usages ; abri de navigation au sommet d'un kiosque de sous-marin en surface ou d'un voilier où se fait la veille. Chouquet : gros billot de bois servant à joindre un mât inférieur au mât supérieur qui en forme le prolongement. Vadrouille : balai ou brosse servant à laver les ponts des navires. 3. Serre bauquière : membrure longitudinale sur une coque en bois, à l’extrémité des couples et soutenant les barrots, à l’intérieur de la coque. Patte d'oie (mouiller en) : Par gros temps, jeter trois. Acculer (ou culer) : mouvement involontaire vers l'arrière sous l'effet de la, Affréter : prendre en location un navire ou une partie de la capacité d'un navire auprès d'un. Coincer la bulle ou buller : expression d'argot signifiant "ne rien faire". En effet, il n’y a pas une drisse de grand voile mais deux … rail sur lequel roule le chariot de la barre de gouvernail ; permettant de traîner des lignes de pêche ou des chaluts ; servant à déborder les dames de nage en dehors de la coque pour permettre l'utilisation de grands avirons. Ventre : partie bombée de la coque d'un navire. Une flèche : extrémité supérieure d'un mât (voir. Voir l'article «. Bourlinguer : faire des efforts pour avancer contre le vent et la mer. Le mât arrière est « à corne » avec brigantine. Dame de nage : petite fourche pivotante servant à guider un aviron. Canonnier : marin qui est chargé de servir une pièce d'artillerie. Cargue : Cordage permettant de nouer une voile sur la vergue pour diminuer sa surface. Coque bordée à franc-bord : … mémorandum qui permettait à l'homme de quart ou au. se dit aussi à la rencontre de deux vaisseaux lorsqu'ils demandent le qui vive ; se haler au vent : se dit d'un navire qui veut se mettre en position de recevoir le vent avant la terre ou un autre navire. type de bateau spécialisé dans la récolte des algues marines (plus précisément du goémon). Sur de petites embarcations comme l'Optimist, l'unique voile, la grand-voile, est de type aurique; le balestron est un espar en bois incliné approximativement de 30° à 45° par rapport au mât et servant à tendre cette grand-voile trapézoïdale. Emménagements : agencements des parties habitables d'un navire pour l'équipage ou les passagers. Deux œillets à frapper en plastique (voir photo) Une latte plate de 15mm de la longueur de la diagonale. Batterie : double rangée de canons et, par extension, entreponts les contenant. Action de mettre une voile parallèle au vent, pour qu'elle ne se gonfle pas ; Par extension, ralinguer se dit d'une voile qui claque au vent sans se remplir. Fortune carrée : Voile carrée supplémentaire que les goélettes, les cotres, etc., hissent afin de pallier l'insuffisance de vent (autrement dit, voile carrée sur un gréement qui n'en comporte pas normalement). Glossaire Bordé : Ensemble des planches ou des tôles formant le revêtement extérieur d’une coque. voile à livarde Voile trapézoïdale entièrement placée en arrière du mât, maintenue en diagonale par une longue vergue, appelée livarde, articulée sur le bas du mât. Presse-étoupe : joint d’étanchéité autour d’un arbre d’hélice ou de la mèche de gouvernail. Sur de petites embarcations comme l'Optimist, l'unique voile, la grand-voile, est de type aurique ; le balestron est un espar en bois incliné approximativement de 30° à 45° par rapport au mât et servant à tendre cette grand-voile trapézoïdale. aller en arrière, reculer = culer à nouveau, aller à nouveau vers l'arrière ; toucher le fond, en parlant de la quille d'un bateau. Aurique (Adj. Voilier à deux mâts gréés à voiles carrées. Apiquer : hisser une des extrémités d'une. Câble : lien métallique, d'une certaine section, tressé avec des fils torsadés entre eux. petite ancre qui a quatre ou cinq branches recourbées, pour les petites embarcations ; instrument de fer à plusieurs pointes recourbées dont on se sert pour faciliter l’, Gros cul : appellation familière en usage dans la première moitié du. Brigantin : navire à deux mâts proche du brick qui porte une brigantine sur son mât principal sans grand-voile. J.-C., constitue à ce jour le témoignage le plus précis d’un navire équipé d’une voile de la famille des voiles latines et plus précisément du type dit « voile latine orientale » (settee sail) à voile trapézoïdale. Arrimer : organiser la cargaison et tout l'équipement lié à l'armement du navire, à bord de telle façon que celui-ci ne bouge pas pendant la navigation (tangage, roulis) ; fixer solidement toute la cargaison pour l'empêcher de bouger en mer. Du tissu de renfort pour les fourreaux (mât et livarde), ou de l’adhésif pour réparation de voile. Tiers : subdivision de l’équipage d’un navire de guerre (1/3 de l’équipage). Bordure : Bord inférieur d'une voile entre le. Voile d'étai trapézoïdale : Voile en trapèze tendue entre le long d'un étai ou d'une vergue et un point d'armure sur un mât. pièce de plomb ou de bois garni de feutre ou d'étoupe suiffée, servant à aveugler une voie d'eau dans une coque, provoquée par un boulet ayant frappé sous la ligne de flottaison ; bande de fer clouée, rivée ou soudée transversalement sur une porte pour la soutenir sur le gond ; Pinoche : petite cheville permettant d’obturer une petite voie d’eau. longueur de chaîne disposée sur le pont en préparation du mouillage ; Bordache : élève de l'école navale (ne pas confondre avec. Mâchoire de bôme : fourche à l'extrémité d'une bôme et qui prend appui sur le mât. int.) Caisse de réglage (c. d'assiette, c. de compensation) : réservoir dont le remplissage permet de régler l'équilibre d'un sous-marin. partie arrière d'une embarcation où s'installent les officiers ou passagers. La voile à corne, souvent appelée voile aurique, est née du souhait d’échapper aux contraintes des gréements plus anciens pour aller à une parfaite axialisation. Bas-fond : où la profondeur est suffisante pour naviguer sans risque d'échouement (contraire de haut-fond). Brigantine voile à corne trapézoïdale situé sur le mât arrière de très nombreux grand voiliers. Mèche de gouvernail : axe de rotation vertical du, Métacentre : point caractéristique d'une flottaison, si le centre de gravité se trouve plus haut que le métacentre, le navire est instable et chavire (voir, Minot : Sorte de bout-dehors servant à porter l'amure de. Relâche - Relâcher : s’arrêter, en quelque endroit. lampe de verre suspendue au-dessus du compas, pour éclairer le timonier pendant la nuit. Liure : lien formé de plusieurs tours de corde qui lient deux pièces de bois ensemble (liure de beaupré). Écouvillon : brosse adaptée à un manche, avec laquelle on nettoie le canon lorsqu'il a tiré. « voile à corne ». manœuvre pour mouiller sur ancre ou sur coffre. On parle d’une structure en T car la voile est suspendue à une perche verticale, une vergue, où le mât vient se placer en son centre, ce qui … Flamme : banderole longue et étroite en forme de triangle, qu'on attache au sommet d'un mât. Banc de nage : banc où s'assoie un rameur. UN-2. Paumoyer : haler un cordage ou une voile à deux mains (il passe d’une paume à l’autre). Tourner : disposer en rond autour de quelque chose. Puits de dérive : caisson à travers lequel on peut manœuvrer l’aileron de dérive. AMIRAL : Tout officier commandant à la mer une escadre ou une division, en est amiral. Aucune capsule encyclopédique disponible pour cette image. briquer la mer, parcourir la mer en tous sens: Brûlot Gwendal JAFFRY, Claude BAS, Yves GAUBERT, Michel PHILLIPE, HIRSCH Nathalie, HOFFMAN Joël, HONTARREDE Michel, Liens externes (dictionnaires avec ressources lexicologiques approfondies), Compagnie néerlandaise des Indes orientales, Liste de dictionnaires maritime et de la navigatio, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Glossaire_maritime&oldid=177899230, Portail:Sciences humaines et sociales/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, à l'origine, manutention à l'embarquement et au débarquement à l'aide de. (vieux) la Méditerranée, par opposition à l’Océan (. Cette sophistication s'estompera plus tard, la voile trapézoïdale sera remplacée par une voile plus simple de forme triangulaire sans hunier à corne … Lexique des termes de mots croisés Noms communs de 3 lettres. Traduction anglais : spanker (2)Marine Sorte de voile propre au brigantin. Laize : largeur de bande de tissu de voile. Jauge : mesure des caractéristiques d'un navire. Talon : extrémité arrière de la quille, au bas de l’. Poste : partie intérieure du navire, à l’avant, servant de logement pour l’équipage et de stockage divers. Désarmer : débarquer l'armement d'un bateau qui ne doit plus prendre la mer (temporairement ou définitivement). Voile trapézoïdale entièrement placée en arrière du mât, dont le bord supérieur est soutenu par une vergue oblique, appelée corne. Consentir (v. Hale à bord : cordage permettant de ramener à bord une voile ou un objet. Batayolle : ensemble formé des chandeliers et des filières. Barroter : charger une cale jusqu'à hauteur des. Description. Box à la Cerise; Cerise en Voyage Boulevard : passage au niveau du pont, de part et d'autre du château. Longrine : terme générique pour désigner une partie longitudinale. Galerie : sorte de balcon découvert autour de la poupe ou de l'abri de navigation. ... voile trapézoïdale Matériel : Du tissu de voile à spi (1m par 1,20m environ) Godiller : faire avancer une embarcation à la godille. tout passage pratiqué entre des soutes, dans le sens de la longueur d'un bâtiment non ponté ; Creux de vague : niveau bas de la mer entre deux vagues (deux. caillebotis, le La dernière modification de cette page a été faite le 22 décembre 2020 à 00:10. prolongement du fond d'une embarcation à fond plat sur l'avant avec une courbure vers le haut, lui permettant d'aborder frontalement une berge ou un quai en pente ; Ligne d'eau : ligne représentant une coupe de la carène par un plan horizontal (voir, Ligne de mouillage : ensemble du matériel permettant de mouiller : ancre, chaîne, bosses…. Palanquer : déplacer à l’aide d’un palan. voile à corne (nautical) a sailing rig that has a fore-and-aft sail supported by a spar called a gaff. l'un adapté à la navigation côtière en mer glacée entre le, l'autre constitué de tiges de bois assemblées, destiné à la navigation fluviale à partir du. D’autres y verront une aide précieuse lors des traversées ou sur des longs parcours. 1) (1)Marine Type de voile trapézoïdale. Jambette : prolongement des membres au-dessus du pont pour maintenir le pavoi. Cosse : anneau de fer plat qui, recourbé sur les bords, présente une cannelure propre à recevoir et à maintenir un cordage dont on l'entoure. Le guindant et l’envergure (l’envergure correspond à la longueur du côté par lequel une voile est fixée à la vergue) sont de dimension voisine alors que la chute et la bordure sont proportionnellement plus longues. Pour une voile carrée, point d'ancrage situé au point inférieur du côté d'où vient le vent. citoyenneté. grade de sous-officier dans la Marine Nationale ; Manifeste : récapitulatif détaillé de toutes les marchandises de la cargaison. Erse : boucle de cordage fermée par une épissure. La voile est donc de forme trapézoïdale surmontée par une « corne » ou un « pic ». Carène : Partie immergée de la coque d’un navire, située sous la ligne de flottaison. La grand-voile est ce que l’on appelle généralement une voile aurique, c’est-à-dire qu’elle est de forme trapézoïdale. Coffre : bouée, reliée au corps-mort, pour amarrer un bateau. Intrados : côté d'une voile placé face au vent (face concave). Les voiles auriques comprennent les voiles à corne, les voiles au tiers et les voiles à livarde. Soute : réduit ménagé dans les étages inférieurs d’un navire et qui sert de magasin. Filière : câble tendu traversant des potelets qui sert de garde corps. Courbe d'étrave, courbe d'étambot : pièce de renfort à la jonction de l'. oscillation, mouvement qui porte un corps tantôt d'un côté, tantôt de l'autre ; Brèche : ouverture dans la coque résistante d'un sous-marin pour embarquer du matériel. Sur de petites embarcations comme l'Optimist, l'unique voile, la grand-voile, est de type aurique ; le balestron est un espar en bois incliné approximativement de 30° à 45° par rapport au mât et servant à tendre cette grand-voile trapézoïdale. pour les termes anciens, les différents ouvrages d'archéologie navale de 'Jean Boudriot', dont. Fourrure : protection d'un câble en l'entourant d'un filin. Contre-quille : renfort appliqué le long de la quille. Taille-mer : partie terminale de l’étrave d’un bâtiment. Jaumière : ouverture dans la voûte d'un navire pour le passage de la mèche du gouvernail. Timon : longue pièce de bois attachée au gouvernail d’un navire et qui sert à le mouvoir. Sep de drisse : palan servant à hisser les. Brigantine : très utile aux navires pour virer bord sur bord au vent de bout, c’est une voile trapézoïdale gréée sur la vergue oblique (la corne) du mât le plus en arrière (le mât d’artimon ou le grand mât pour les goélettes). Organeau : anneau à l’extrémité d’une ancre, par lequel elle est fixée à sa chaîne. Deferler (voile) : déployer les voiles (contraire de. Voile triangulaire, aussi appelée voile Marconi, dont le plus grand côté est soutenu directement par un mât très allongé et la base par une pièce de bois, appelée bôme. avant d'un navire, dans les expressions bout à terre, bout au vent, vent de bout ; Brague : gros cordage destinée à bloquer le recul d'un canon, à retenir de chaque coté un gouvernail sans en affecter le mouvement, ou à manœuvrer le lancement d'un navire depuis l'étrave. brigantine n.f. Certains, d’abord septiques, seront séduits par l’esthétique de la voile ou par la remarquable aisance affichée par les pionniers. Ce gréement à évoluer en ayant une seule drisse pour donner au final le gréement marconi ou la corne … Chat ou chatte : petit bâtiment servant au chargement et au déchargement des navires dans les ports ou au cabotage le long des côtes. Chef de nage : sur une embarcation, rameur placé à l'arrière, sur lequel les autres rameurs synchronisent leur. Chiourme : équipe de rameurs qui ramaient sur une galère. La catégorie des voiles auriques comprend les voiles au tiers, les voiles à corne, et les voiles à livarde. Du tissu de voile à spi (1m par 1,20m environ) voile trapézoïdale. superstructure peu élevée sur un bateau ; désigne plus spécifiquement un pont surélevé sur l'avant (le pendant de la. Jours de planche : délai prévu dans un affrètement pour le chargement et le déchargement du navire. Amener une voile : La faire descendre, tomber (on ne dit pas « affaler ») Aurique (voile): Une voile aurique est une voile trapézoïdale non symétrique qui présente toujours le même bord d'attaque au vent, contrairement aux "voiles carrées". Génope : cordage entouré serré autour d'un autre cordage, pour l'empêcher de glisser. opération courante consistant à ventiler les citernes d'un pétrolier pour éliminer les gaz nocifs qu'elles contiennent et éviter le risque explosion ; par abus de langage, le dégazage désigne communément tout déversement en mer d'eaux souillées d'hydrocarbures souvent issues du nettoyage des cuves. dispositif optique binoculaire grossissant. embraquer un cordage au moyen d’un treuil ; Virement lof pour lof : Pour un voilier, action de changer d'amure par vent arrière pour prendre le vent par travers arrière, permettant pour les voiliers bermudiens d'aller plus vite en zig zag, que par vent arrière. protection en cuir pour pousser une aiguille avec la paume, lors de travaux de couture. WikiMatrix. Sur de petites embarcations comme l' Optimist, l'unique voile, la grand-voile, est de type aurique ; le balestron est un espar en bois incliné approximativement de 30° à 45° par rapport au mât et servant à tendre cette grand-voile trapézoïdale. Gatte : bac pour récupérer l'eau d'une chaîne d'ancre, ou les fuites d'huile ou d'eau sous les moteurs. fraction de temps pendant laquelle une équipe est de service ; subdivision de l’équipage d’un navire de guerre (1/4 de l’équipage) ; dans d’autre pays : officier ou sous-officier chargé de l’intendance. La voile de flèche, autrefois trapézoïdale, était montée sur une corne à son sommet (pour la relever) et elle rencontrait la corne de la grand-voile au pied du hunier. Œillet : trou, dont le pourtour est renforcé, dans une voile pour y passer un cordage. Voile trapézoïdale enverguée sur la corne d'artimon. Ranger : passer près, raser un rivage ou un autre navire, Râtelier : pièce de bois ou de métal, munie de. Aucun lien supplémentaire disponible pour cette image. Noms des voiles d'étai Modifier Suivant leur position sur un navire, les noms des voiles sont différentes [ 2 ] . Goélette à quatre mâts.Goélette à quatre mâts. Canonnade : tir simultané de plusieurs canons. Brigantine, Spanker, driver – Voile à corne du mât d’artimon des gréements carrés. Bermudien : voile trapézoïdale hissée avec 2 drisses sur une très petite corne. Brion: partie de la coque d’un bateau joignant l’étrave et la quille. Charpente : Assemblage de pièces de bois ou de métal servant d'ossature à la construction d'un bateau (la. cordage qui soutient la partie mobile du palan ; qualité de la toile à voile (ou des matelots). chapeau imperméable qui protège la tête et la partie postérieure du cou des marins ; Suspente : cordage ou chaîne soutenant une vergue.

Fer De Botte Mots Fléchés, Thalasso En Famille, Catalogue Carrefour Sens, Logis De France Marmande, Saint James Rhums, Parfois Devant Le Chanteur En 6 Lettres,